Religions et Rites

visite en musique
promotions pompes funebres

La mort d’un être humain est perçue différemment en fonction des croyances religieuses et des traditions ; chacun appréhende ce moment avec une approche très personnelle et tente de donner un sens à sa vie. Les différentes religions les plus représentatives pourraient être présentées, selon de succinctes lignes, de la manière suivante :

CHRISTIANISME (2,376 milliards de Chrétiens)

Jésus, Juif né en Israël. Il dit être le Fils de Dieu venu sur terre pour sauver l’Humanité du mal qui la ronge. Il est appelé le Christ ou le Messie, ce qui veut dire "envoyé de Dieu", "le Sauveur". La majeure partie des Juifs ne voulant pas le reconnaître comme tel, le christianisme est devenu nouvelle religion, issue du judaïsme.

Le christianisme insiste sur le fait que Dieu, créateur du monde, tout-puissant et sain, est aussi et surtout Amour : il s'implique dans la vie des croyants et désire entretenir une relation d'intimité et de dialogue avec chacun, au travers de Jésus.



La conception du Christianisme repose sur le fait que l’homme est une créature de Dieu, faite à son image mais affecté par la présence du mal en lui. L’homme est alors appelé à retrouver des relations d’amour en plaçant sa foi en Jésus-Christ et en recevant le pardon de ses péchés.

Conception de la Vie après la Mort :

L’homme a une dimension éternelle, la mort n’étant qu’une fin de sa dimension physique. Dieu assure le croyant en Jésus d’une nouvelle vie sur une nouvelle terre, sans souffrances, sans maladies et sans la mort. En revanche, ceux qui auront fait le choix de rester dans le mal toute leur vie et/ou d’ignorer Dieu/Jésus, seront séparés éternellement de Dieu et de son amour. 



Les principales branches du Christianisme sont l’Eglise Catholique, l’Eglise Protestante et l’Eglise Orthodoxe.

Eglise catholique (1,228 milliard de catholiques)

La mort est le passage vers l'entrée dans une vie nouvelle dans le Royaume de Dieu. L’âme se sépare du corps, monte au Ciel et entre au Paradis (avec un passage éventuel par le purgatoire) pour y trouver le repos éternel auprès de Dieu. Le corps retourne à la poussière pour ressusciter au dernier jour. L’Église catholique professe que Dieu se révèle par le témoignage donné par la personne de Jésus-Christ et par l'inspiration du Saint-Esprit.

Rite funéraire : Une messe d’hommage au défunt est célébrée, généralement par un prêtre, ponctuée par des prières, lectures et chants. L’inhumation est ensuite effectuée au cimetière, accompagnée d’une courte cérémonie ou, selon le choix du défunt, il peut être procédé à la crémation (suivie d’une courte cérémonie de remise d’urne au colombarium). La religion catholique n’impose aucune contrainte quant au monument mais, dans le cas d’une crémation, les cendres ne doivent pas être dispersées.

Eglise protestante (879 millions de protestants)

La mort et de la résurrection de Jésus-Christ sont annoncées, invitant chacun à regarder sans crainte la fragilité de sa propre existence et à placer sa confiance en Dieu pour la vie comme pour la mort où l’amour inconditionnel de Dieu continue de nous porter.

Rite funéraire : Une cérémonie de remise à Dieu, célébrée par un pasteur, se déroule au temple, ponctuée de lectures et de chants choisis par les proches. Au cimetière, le pasteur assiste à l’inhumation et rend hommage au défunt (il est permis de fleurir la tombe mais un don à une œuvre caritative est plus souvent demandé) ; la crémation est proportionnellement beaucoup plus pratiquée que chez les catholiques.

 

 

eglise catholique dauger funerarium 79

JUDAÏSME (13,8 millions de juifs)

Le judaïsme est l'une des plus anciennes traditions religieuses du monothéisme exclusif encore pratiquées aujourd'hui. Les valeurs et l'histoire du peuple juif sont à la source des deux autres religions abrahamiques, le christianisme et l'islam.

Le judaïsme plonge ses racines dans la lignée d’un homme, Abraham (vers 2000 av. J.C), ayant reçu la révélation du Dieu unique, créateur de tout. Puis Moïse reçut la charge d’instruire le peuple Juif selon les commandements de Dieu («l’Ancien Testament»).



La conception du Judaïsme repose sur l’idée que l’homme est une créature à l'image de Dieu (bon). A la différence du christianisme, le judaïsme ne reconnaît pas que le mal puisse être en l’homme. Ce dernier est simplement tenté par le mal, qui est extérieur à lui. Pour l’éviter, il doit s’efforcer d’obéir en tout point aux préceptes de la loi.



 

Conception de la Vie après la Mort :

Selon ses actes (obéissance ou désobéissance à la loi), l’homme ira après sa mort soit au paradis (monde sans souffrances), soit en enfer (monde de tourments), sans savoir ce que Dieu décidera pour lui.

L’au-delà ne semble pas être abordé avec certitude, laissant la porte ouverte à plusieurs possibilités. Sont évoqués : un monde souterrain, un jardin d’Eden paradisiaque, la réincarnation... Quelle que soit l’option choisie, l’objectif poursuivit tout au long de la vie reste de s'occuper de soi-même et de la création de Dieu au moment présent. L’au-delà prendra ensuite soin de chaque individu.

Rite funéraire :

Après le décès, une toilette de purification est effectuée par des personnes du même sexe que le défunt ; les règles sont très précises tandis que sont récités des psaumes. Ensuite la famille entame une veillée funèbre (prières, bougie perpétuellement allumée - le défunt ne doit jamais être laissé seul). La cérémonie religieuse est célébrée au cimetière, par le rabbin, lors de l’inhumation (généralement 24 h après le décès). On y récite le Kaddish, la prière des morts, puis les proches jettent chacun trois pelletées de terre sur le cercueil. Une inscription hébraïque doit figurer sur le monument funéraire. Après l’inhumation, commence une période de deuil qui comporte trois étapes : 7 jours, 30 jours et 1 an.

Sont strictement interdits :

la crémation, le don d’organes et les soins de conservation (sauf en cas de rapatriement du corps en Israël).

 

 

eglise catholique dauger funerarium 79

ISLAM (1,6 milliard de musulmans)

Le prophète Muhammad (Mohammed) (ou Mahomet, en Français) naît vers 570 après J.C., dans l’actuelle Arabie Saoudite et assure avoir reçu la révélation d’Allah. Il dictera des préceptes à ses disciples et fondera avec eux une nouvelle religion. Allah, Dieu unique et tout-puissant, bien au-delà de sa création, récompensera ses fidèles après leur mort, mais n'entre pas dans une relation avec eux (dans le sens où Allah ne parle pas aux croyants). La conception de l’Islam repose sur l’idée que l’homme a été créé par Allah et est appelé à sa soumission totale, notamment à suivre les 5 piliers de la religion, pour Lui plaire. 



Conception de la Vie après la Mort :



Selon sa bonne ou mauvaise observance des préceptes de la religion, le croyant ira soit au paradis, soit en enfer, selon la décision finale d’Allah. Seuls les martyrs accèdent directement à la vie éternelle.

 

 

Rite funéraire :

Après le décès, 4 personnes du même sexe que le défunt procèdent à la toilette du corps. Lors de la veillée funèbre, un imam récite des sourates du Coran en présence des proches. L’inhumation (48 h maximum après le décès) est célébrée au cimetière (cercueil en bois tendre, le corps est ensuite enfoui à même la terre placé sur le côté droit, poitrine tournée vers la Mecque). Selon la tradition, seuls les hommes assistent à la cérémonie (les femmes doivent attendre le lendemain pour venir au cimetière). Le monument funéraire doit être d’une grande sobriété et comporter une inscription d’un verset du Coran.

Sont strictement interdits :

la crémation, le don d’organes, les soins de conservation et photographier la dépouille.

 

 

eglise catholique dauger funerarium 79

HINDOUISME (1 milliard d’hindous)

On ne connaît pas l’origine de cette religion complexe. C’est un ensemble de croyances transmises par orales puis par écrit, depuis plusieurs millénaires avant J.C.
L’univers a été créé par Brahman.
Il n’y a pas de Dieu à proprement parler, mais un grand tout, impersonnel, auquel s’ajoute une multitude de divinités.
La conception de l’hindouisme repose sur l’idée que l’homme est un être sans valeur particulière, faisant partie du grand tout.

Conception de la Vie après la Mort :

L’Hindou espère échapper aux cycles infernaux des réincarnations, en faisant de bons Karmas, pour enfin se fondre dans le "soi cosmique". Il y a alors extinction complète : C’est le Nirvana.



Rite funéraire :

La tradition veut que l’on rase la tête du mourant pour permettre à l’âme de s’échapper plus facilement, une bougie est posée derrière sa tête, des cendres sur son front, quelques gouttes d’eau et feuilles de basilic sur sa bouche. On le couche à l’extérieur sa tête vers le sud. Les hindous pratiquent systématiquement la crémation. Le défunt est préparé, lavé, baigné d’une eau parfumée, enduit de beurre clarifié et enroulé dans un linceul recouvert de fleurs. Une procession emporte le corps vers le lieu de crémation. Le bûcher est orienté vers le sud. La famille assiste à la mise en flammes. Pour finir, les cendres sont versées dans une jarre et immergées dans un cours d’eau, rivière ou fleuve.

 

 

temple boudhiste dauger funerarium 79

BOUDDHISME (623 millions d’adeptes)

Siddhartha Gautama, appelé plus tard Bouddha, nait vers 560 av.J.C. en Inde. Sa vie exacte nous est inconnue ; c’est surtout sa légende qui est racontée. Il eut une illumination qui le fit sortir de l’hindouisme et il fonda une nouvelle religion.


La notion de dieu et de divinité est absente de la plupart des formes du bouddhisme mais la vénération et le culte de Bouddha, être éveillé, jouent un rôle important. Il existe toutefois une croyance en des entités spirituelles, ayant une durée de vie et une connaissance limitées.


La conception du Bouddhisme repose sur l’idée que l’homme, issu de l’évolution de l’univers, est prisonnier de sa condition, qui est souffrance. Il doit s’efforcer par divers exercices, de s’affranchir de ses désirs pour gagner en détachement vis-à-vis de tout et ainsi trouver la paix intérieure, d’où un ensemble de pratiques méditatives et éthiques, de théories psychologiques et philosophiques abordées dans la perspective « l'éveil ».

Conception de la Vie après la Mort :



L’homme n'a pas de dimension éternelle en lui-même, qui survive après sa mort. Il est appelé à échapper aux cycles des réincarnations et à disparaître dans la non-existence, fin de ses souffrances terrestres.
Selon les points de vue, on parle de religion et/ou de philosophie, toujours basée sur la réincarnation. Chaque vie est déterminée par les actions du passé. Si tant est qu’il s’inscrive dans une démarche d’éveil, l’esprit peut parvenir à la libération ultime et entrer dans un cycle de « re-naissance ».

Rite funéraire :

le corps est toujours placé sur son côté droit, dans la position du « lion couché », imitant la posture de Bouddha lorsqu’il est mort, la main gauche sur la cuisse gauche et la main droite sous le menton. Lorsque l’on doit ensuite bouger le corps, il faut d’abord toucher le sommet du crâne afin de permettre à la conscience de quitter le corps en s’échappant vers le haut. La cérémonie funéraire se déroule habituellement en trois étapes :

  • au domicile
  • au cimetière ou au crématorium
  • à la pagode, au temple ou au centre de méditation, selon les traditions.

Après le décès, il est d’usage de lire le Livre des Morts Tibétains, le Bardo Thödol, afin de guider l’esprit dans les différentes expériences qu’il traverse. Ce texte aide à se libérer du cycle des réincarnations ou à obtenir une meilleure réincarnation : « Bardo » signifie « état intermédiaire », « thö » « entendre » et « dol » « libérer ».